La science derrière le superfruit

VIVRE >

Les antioxydants naturellement présents dans les fruits et les légumes aident l’organisme à se prémunir contre les risques liés aux maladies et au vieillissement. Les bleuets sauvages sont particulièrement riches en anthocyane, un flavonoïde qui possède une puissante capacité antioxydante. Présente à très forte teneur dans les bleuets sauvages, l’anthocyane confère au superfruit sa couleur bleu foncé et son puissant potentiel de protection.

Capacité antioxydante : le grand vainqueur

better-blueberry-chart

Notes moyennes, mesure de la capacité d’absorption des radicaux oxygénés (ORAC) totale (µmol TE/100 g et TP mg GAE/100 g); http://www.orac-info-portal.de/download/ORAC_R2.pdf (p. 20)

En utilisant une méthode de mesure en laboratoire de la capacité d’absorption des radicaux oxygénés baptisée ORAC, Ronald Prior, Ph. D., chercheur au U.S. Department of Agriculture, a découvert qu’une portion de 250 ml (une tasse) de bleuets sauvages possède une capacité antioxydante totale supérieure à celle de 20 autres fruits et légumes, dont les canneberges, les fraises, les prunes, les framboises et même les bleuets cultivés.

En fait, les bleuets sauvages présentent une puissance antioxydante deux fois supérieure à celle des bleuets cultivés pour lutter contre la maladie et favoriser un vieillissement en santé.

Action des antioxydants

How Antioxidants Work

Les antioxydants sont le sujet de l’heure, car ils aident l’organisme à se protéger des risques liés au vieillissement. Jour après jour, nos cellules combattent les radicaux libres, des molécules d’oxygène instables issues du métabolisme. Si vous ne consommez pas suffisamment d’antioxydants, les radicaux libres peuvent s’accumuler dans votre corps et causer du stress oxydatif, lequel est associé au cancer, aux maladies du cœur, au diabète et à d’autres maladies liées au vieillissement.

Le pouvoir du bleu : l’effet antivieillissement des bleuets

Les antioxydants présents dans les aliments, comme l’anthocyane – un flavonoïde qui confère au bleuet sauvage sa couleur bleu foncé –, ont la capacité de neutraliser les radicaux libres et de prévenir les dommages qu’ils causent aux cellules. Les antioxydants assurent également une protection contre l’inflammation, qui serait l’un des principaux facteurs responsables du vieillissement du cerveau, de la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies dégénératives.

Mesure de la capacité antioxydante

Selon une méthode de mesure en laboratoire de la capacité d’absorption des radicaux oxygénée baptisée ORAC, le bleuet sauvage sort vainqueur en ce qui a trait à la capacité antioxydante totale par portion. La méthode a été mise au point par Guihua Cao, physicien-chimiste au Jean Mayer Nutrition Research Center on Aging du U.S. Department of Agriculture situé à Boston. En 2010, des études menées au moyen de la méthode ORAC ont montré qu’une portion de bleuets sauvages présente une capacité antioxydante deux fois supérieure à celle des bleuets cultivés.

1334698653caachart-ck

Récemment, le Département de sciences alimentaires de l’Université Cornell a réalisé une percée dans la mesure de l’activité antioxydante des aliments en mettant au point l’essai CAA (Cellular Antioxidant Activity). L’essai CAA fournit de l’information sur l’absorption, le métabolisme, la distribution et l’activité des composés antioxydants dans les cellules. Le chercheur principal, Rui Hai Lio, Ph. D., a déterminé que les bleuets sauvages offrent un meilleur rendement cellulaire que les canneberges, les pommes et les raisins rouges et verts.

Mesure du contenu phénolique total

MG GALLIC Acid Equivalents/100G Samples <br />Journal of Food Science, Dietary Bioactive Compounds and Their Health Implications, Rui Hi Liu Vol 78, S1, 2013 (Total Phelolic Contnt chart adapted from Yeung and others 2003; Wolfe and others 2008; Sorg and others 2010) <br />*Spinach had the highest total phenolic content of the 27 common vegetables tested.

Journal of Food Science, « Dietary Bioactive Compounds and Their Health Implications », Rui Hai Liu, vol. 78, no 51, 2013 (tableau sur le contenu phénolique total adapté de Yeung et coll., 2003; Wolfe et coll., 2008; Song et coll., 2010)
* L’épinard est le légume affichant le contenu phénolique le plus élevé parmi les 27 légumes évalués.

Une étude publiée en 2013 par Rui Hai Liu, intitulée « Dietary Bioactive Compounds and Their Health Implications », présente une autre mesure de la bioactivité des fruits et légumes courants, le contenu phénolique total. L’étude a montré que les bleuets sauvages possèdent le contenu phénolique total le plus élevé parmi les 25 fruits et les 27 légumes les plus couramment consommés par les Américains. Les phénols sont des composés phytochimiques qui protègent les végétaux des assauts de la nature tout en soutenant des fonctions essentielles comme la reproduction et la croissance. Ils comptent parmi les composés qui confèrent aux fruits et aux légumes leur couleur, et possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires qui procureraient des bienfaits potentiels pour la santé, comme une réduction du risque de souffrir de maladies chroniques. Les phénols sont peut-être la classe de composés phytochimiques la plus étudiée, et de plus en plus de données probantes laissent croire que les bienfaits pour la santé des fruits et des légumes sont attribuables aux synergies entre ces composés bioactifs.