Le pouvoir du bleu : l’effet des bleuets

VIVRE >

research-01-brainresearch-dividerresearch-02-cancerresearch-dividerresearch-03-heartresearch-dividerresearch-04-diabetesresearch-dividerresearch-05-metabolicresearch-dividerresearch-06-pigment

Des scientifiques des quatre coins du monde étudient le potentiel des bleuets pour lutter contre les maladies – et le nombre d’études à ce sujet ne cesse de se multiplier. Les études sur ces baies riches en antioxydants et sur les phytonutriments bioactifs qui leur confèrent leur teinte bleu foncé ont révélé un vaste éventail de bienfaits potentiels pour la santé. De la santé du cerveau, du système digestif et du cœur à la prévention du cancer, en passant par l’amélioration du fonctionnement des voies urinaires et la réduction du risque de diabète, la recherche menée sur le bleuet transforme notre façon de voir cette baie minuscule, mais puissante!

Santé du cerveau

brainhealth-icon

En 1999, James Joseph, Ph. D., et son équipe du Human Nutrition Research Center in Aging à l’University Tufts affilié au U.S. Department of Agriculture, ont été les premiers à affirmer que la consommation de bleuets pouvait améliorer les habiletés motrices et renverser la perte de mémoire à court terme. L’équipe continue de démontrer les effets protecteurs de la consommation de bleuets contre la maladie d’Alzheimer et la perte de mémoire. Des études menées récemment par Robert Krikorian à l’Université de Cincinnati laissent croire que la consommation régulière de bleuets sauvages pourrait ralentir la perte de fonctions cognitives et diminuer l’état dépressif chez les personnes âgées. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).

Cancer

cancer-icon

Un grand nombre d’études portent sur les potentiels effets préventifs du cancer des composés contenus dans les bleuets sauvages. Dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein, Lynn Adams, Ph. D., et son équipe du Beckman Research Institute de l’hôpital City of Hope de Duarte, en Californie, ont démontré que les bleuets ont le potentiel d’inhiber l’évolution du cancer du sein triple négatif, une forme de cancer particulièrement agressive et difficile à traiter. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).

Santé du cœur

hearthealth-icon

Les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires des bleuets sauvages pourraient être bénéfiques pour le cœur. Xanli Wu et ses collègues de l’Arkansas Children’s Nutrition Center, situé à Little Rock (AR), ont mené récemment des études expérimentales sur des animaux consacrées à l’inflammation et à l’athérosclérose. Des études ont également montré que les bleuets protègent contre les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux, réduisent le cholestérol, abaissent la tension artérielle et diminuent le stress oxydatif. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).

Diabète

diabetes-icon

Un certain nombre d’études ont examiné les effets antidiabétiques des diètes contenant des bleuets. Une étude réalisée par les Drs April Stull et William Cefalu du Pennigton Biomedical Research Center de l’Université d’État de la Louisiane a révélé que la consommation quotidienne de bleuets entiers aiderait à réduire le risque de souffrir de diabète de type 2 chez les personnes vulnérables. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).

Syndrome métabolique

metabolicsyndrome-icon

Défini par la présence d’une combinaison d’affections, dont l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, l’obésité abdominale et l’intolérance au glucose, le syndrome métabolique est un facteur de risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Une étude dirigée par Mary Ann Lila, Ph. D., à l’Université d’État de la Caroline du Nord a montré que les composés phytochimiques des bleuets soulagent l’hyperglycémie, une affection associée au syndrome métabolique. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).

Le pouvoir des pigments

pigmentpower-iconCaractérisés par leur peau bleu foncé, les bleuets sauvages pourraient bien être « un des meilleurs aliments anti-âge qui soient », selon James A. Joseph, Ph. D., coauteur de l’ouvrage The Color Code. M. Joseph était chercheur principal au Jean Mayer Nutrition Research Center on Aging du U.S. Department of Agriculture jusqu’à sa mort en 2010. Il croyait fermement au « pouvoir des pigments » contenus dans les fruits et les légumes colorés. Autres résultats de recherche (en anglais seulement).